Aller au contenu principal

November 05, 2020, updated Janv 18, 2021

Réflexion sur une situation sociétale

Vers un nouveau Changement de paradigme ?

Tester massivement rapidement les Asymptomatiques - Soigner Rapidement - Récupérer rapidement

Préalable

Je comprends la difficulté de la situation et les interrogations des politiciens et des scientifiques tout comme les peuples des différents pays qui vivent dans l’effroi et l’horreur… mais je ne comprends pas les stratégies de soigner tardivement les patients. Cela va à l’encontre de mes principes d’ingénierie et mon savoir dans l’organisation des situations de crise.

Ainsi, voici une réflexion qui mériterait d’être évaluée par les scientifiques de chaque pays. Je ne me sens pas la légitimité de la proposer car cela déroge à mes pratiques habituelles mais je sais que les changements de paradigme peuvent prendre du temps à émerger dans certain métier. Et le temps c’est ce qui manque face à certaines urgences.

Nous n’avons pas eu le temps, faute de moyens techniques, d’élaborer une simulation mathématique mais je n’en voyais pas non plus l’utilité car je suis fondamentalement favorable à expérimenter les solutions économiques qui sont en relation avec mes connaissances sur les systèmes complexes et qui peuvent se paralélliser avec d’autres modèles. Cet article s’intéresse plus particulièrement aux épidémies ayant un nombre de porteurs sains élevés comme SRAS, Grippe, Rougeole ou EBOLA. Dans les systèmes complexes, lorsque des situations deviennent difficilement maîtrisables, un nouveau mode de fonctionnement est investigué et parfois il faut penser à l’inverse de la culture de ce qu’une profession pratique intuitivement et historiquement. Ìl est proposé un modèle appelé Test Driven Anti-Pandemy (modèle qui n’a jamais été testé) pour empêcher une épidémie, dés sa détection et qui s’inspire de modèles rencontrés dans d’autres domaines d’activité tels que l’industrie, l’informatique et les affaires, par exemple.

Introduction

Image n*1 : Modèle de Périodes représentatives de l'état d'une personne contaminée
Image n*1 : Modèle de Périodes représentatives de l’état d’une personne contaminée [FTV]

En tant qu’expert en organisation et management de produit et projet, notre entreprise accompagne tout type de projet et d’organisation, y compris les organisations et équipes en crise. Je vous présente une approche empirique par les Tests pour manager un projet en crise qui se base sur des hypothèses précises et statiques. Les projets de crise sont habituellement notre métier mais je ne suis ni épistémologiste, ni médecin. Je suis Docteur es Mathématiques Appliquées et ma spécialité m’amène aujourd’hui à travailler dans le domaine des méthodologies et de la gouvernance des projets et des organisations. J’ai ainsi l’habitude d’étudier des schémas de situations complexes qui demandent une organisation spécifique au métier visé. Récemment, je conseillais un chef d’entreprise expert-comptable, une infirmière responsable de bloc opératoire et un RH d’une grande entreprise, par exemple. J’ai donc l’habitude de conseiller les groupes et individus face à une situation de crise.

[FTV] https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-le-schema-de-l-evolution-du-covid-19-devenu-viral-sur-les-reseaux-sociaux-est-il-exact_3896407.html

Le Problème

Le problème est le suivant : Que pourrions-nous faire si un nouveau virus plus virulent, taux de mortalité à 10% au lieu d’un taux avoisinant les 0.7%, se déclarait ? Imaginez ce même virus avec un temps plus élevé de détection de la contamination (delta > 0) via un test physiologique.

Que pouvons-nous proposer comme alternative à l’isolement des personnes en attendant un vaccin ou à attendre que des symptômes se déclarent ? Bien évidemment, ne pas soigner et ne pas isoler une personne qui est contagieuse sans symptômes augmente les risques de propagation.

Est-ce que le vaccin pourra limiter la progression massive d’une contamination lorsque que les porteurs sains (ie sans symptôme) représentent un taux important dans une population ? Il a été évoqué que ce taux pour la covid-19 correspondait à un taux élevé selon le Parisien [PAR] [FEM].
Le Vaccin doit être généralisé sur la planète à 100% ou bien il faut faire des tests périodiquement et localement. C’est ce dernier cas, le test pour tous, qui est présenté dans cet article.

[PAR] https://www.leparisien.fr/societe/coronavirus-au-bout-de-combien-de-temps-un-gueri-n-est-il-plus-contagieux-06-04-2020-8294679.php
[FEM] https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2625903-porteur-sain-covid-19-coronavirus-asymptomatique-definition-test-anticorps-contagieux-transmission-pourcentage/

Objectif

L’objectif de ce papier est de proposer une partie de l’organisation projet de crise qui respecte le modèle de temps de l’image n°1 afin de :

  • Ralentir une épidémie en détectant les personnes atteintes asymptomatiques via des tests ;
  • Augmenter la probabilités de survie des contaminés en anticipant les soins ;
  • Répéter les tests sur une période pour consolider la qualité des tests et réduire les risques de défaillance du test.
  • Changer notre culture sociétale pour intégrer une logique de TEST TDAP pour maîtriser les épidémiques critiques.

Proposition -

La solution présentée se base sur un changement de paradigme : l’importance du test et de l'Automatisation. La logique devient le cycle suivant :

  • 1 - Tester Rapidement les cas asymptomatiques
  • 2 - Soigner Rapidement
  • 3 - Récupérer Rapidement (cf. image n°2)
  • 4 - Répéter la boucle

Le différence avec ce qui a été fait : Chaque individu asymptomatique isolé fait un Test AVANT d’avoir les symptômes et non seulement lorsque les symptômes sont vérifiés. Toute une population est testée systématiquement. Par exemple, cela permet de reprendre le Travail au bout de 6 jours, tout en continuant la mesure des tests, pour une pandémie comme le COVID19 dont l’apparition des symptômes est de N jours où N < 6 jours.

Test Driven Anti-Pandemy - Work Version

Image n°2 : Test Driven Anti-Pandemy (TDAP)

Exemple de Processus organisationnel semi-automatique avec TDAP :

  • Elaborer un test individuel distribuable à grande échelle et fiable ;
  • Distribuer massivement à une population entière isolée (pays, région ou ville) un ensemble de N tests manuels (auto-tests) comme, par exemple, N bandelette de tests salivaires ou N test sérologique par goutte de sang ;
  • De manière périodique (tous les m jours), réaliser un Test ; Si le test est positif au jour J (0<=J<=N), la personne s’isole de son entourage et elle suit les consignes sanitaires pour être soigner rapidement ; L’entourage s’isole également et repasse à 0 pour les Tests s’ils sont négatifs ;
  • Si au bout des N x m jours mes tests sont négatifs, je peux arrêter le Protocole et sortir du confinement si j’étais confiné ;
  • Puis - Refaire le protocole à partir du point 2 à chaque nouvelle augmentation des cas détectés pour maîtriser le flux.

Dans le cas critique, l’image N°3 montre l’étape préalable d’isolement :

Image n*3 : Processus organisationnel de test semi-automatique avec auto-isolation.

Dans le cas maîtrisé, l’image n°4 montre l’auto-organisation de la population :

Image n°4 : Test Driven Anti-Pandemy (TDAP) sans isolement

Motivations

Pourquoi faire ce type de test avant les premiers symptômes ?

  • FACTEUR 1 : Les Contaminés sans symptôme ne se font pas testés et peuvent contaminer sans le savoir ;
  • FACTEUR 2 : Tester + Vite = - de Complications : Parce que plus vite testés, plus vite les patients sont pris en charge, plus on réduit les complications.
  • FACTEUR 3 : Plus humaniste : Ce serait plus humaniste en réduisant le nombre de décés.
  • FACTEUR 4 : Plus économique : Ce serait au moins 10 à 1000 fois plus économique de faire des tests plus tôt que de laisser une épidémie se propager.
  • FACTEUR 5 : TESTER vs VACCINER : Parce que créer des Tests est plus rapide à fabriquer que de créer un vaccin. Le Vaccin est un complément aux Tests. Et LE TEST est inoffensif contrairement au risque d’un Vaccin.
  • FACTEUR 6 : Avec Delta = 6 mois, que deviendrons-nous ? Parce que la prochaine pandémie avec un temps d’incubation de 6 mois, nous ne serons pas prêt. Il faudra savoir étaler sur N mois les tests ; Et le vaccin arrivera trop tard.
  • FACTEUR 7 : Pour les + fragiles : Parce que la prochaine épidémie (comme pour la grippe), nous aurons une alternative aux vaccins et il serait intéressant de l’étudier dans l’intérêt de nos anciens.

Pourquoi cela devrait marcher ?

  • FAIL FAST & LEARN FAST : Il y a trop d’aspects systémiques pour en être certain. Et de mon expérience, il faut l’essayer pour dire que cela ne marche pas. Un avis empirique contre ce processus ne peut être valable sur cette proposition car il y a un changement de paradigme derrière tout cela. Donc testons et apprenons en même temps que l’on teste d’autres solutions.
  • PRESENCE DE CONTRADICTIONS : Les contradictions dans la communication des responsables des gouvernements sont un signe d’empirisme pur et a fortiori un signe suspect d’un besoin de changement de paradigme.

Pourquoi ce processus pourrait échouer ?

Il pourrait échouer si :

  • Les Tests ne sont pas fiables (à taux élevé).
  • Ce processus n’est pas suffisant pour un virus dont la variabilité de delta est fortement variable entre les personnes.
  • Ce processus dépend de la fiabilité des tests. Si les tests ne sont pas fiables, le contrôle de contaminés devient chaotique.
  • Ce processus n’est pas adapté pour les virus à forte mutation.
  • Ce processus n’obéit à aucun effet annoncé dans l’image 1.
  • Le virus est plus résilient dans la nature.

Explications

Pourquoi est-ce une bonne idée de TESTER en premier de manière REPETITIVE (Automatisation ou Semi-Automatisation) ?

Pour finir le document, voici quelques explications de pourquoi il serait judicieux de tester massivement les cas asymptomatiques. Ces explications reposent sur notre connaissance des paradigmes appris avec la naissance du domaine de l’Agilité et de l’importance des tests dans l’environnement professionnel.


Image n*5 : Comment faire pour réduire le surcoût des anomalies à une situation raisonnable ou au mieux constant ?

Avant que le Test arrive à son apogée, dans certains domaines, la question que se posaient les ingénieurs était : « Comment pouvons-nous réduire les coûts des corrections des anomalies qui augmentaient de plus en plus exponentiel avec le temps ? » (cf. Image 3). Tous les professionnels de ce domaine avaient eu comme réflexe d’augmenter la quantité et la qualité de la documentation pour finalement se rendre compte qu’en augmentant le temps de rédaction nous perdions encore plus de temps et que cela augmentait le nombre d’anomalies. Visiblement, ils se dirigeaient vers le risque plus qu’ils assainissaient la situation.

Pour pallier à cela, vers la fin des années 90, certains consultants se sont dit que cela était une conséquence de la jeunesse de notre profession et par conséquent qu’il fallait améliorer nos pratiques d’ingénierie. Une suite de pratiques a émergé et le résultat ne changea pas. Et nos produits étaient réécris pour cause d’endettement technique trop élevé ; nous ne connaissons pas de ce fait l’effet de « cloche » (courbe pseudo-gaussienne appelé courbe épidémique) correspondant à l’annulation de la dette. La solution n’était donc pas du côté des ingénieurs mais concernait tous les acteurs du projet de manière systémique.


Image n*6 : Anti-paradigme et paradigme du Test First et de ses automatisations.

Une technique basée sur l’observation d’un paradigme émergea. Elle répondait à la question suivante : Si l’on veut des coûts de correction constants (image n*6), que devrions nous faire ? La technique de “TEST FAIT EN PREMIER” est née, appelé dans notre jargon le “Test First”. Elle s'appuyait sur le fait que l'on puisse réexecuter facilement le test pour vérifier la non régression et de relancer par la même occasion tous les autres tests en simultanée. La propriété de répétition du Test à moindre coût était l'un des points clefs du succès. En appliquant cette logique de Test en Premier et d'automatisation, les coûts et les délais ont été maîtrisés et de nouvelles théories ont vu le jour, dont des outils de testabilité automatique.

Cependant cette pratique est contre-intuitive comme bon nombre d’autres pratiques agiles. Faire un « Test en Premier » paraissait a priori pour la plupart des professionnels une mauvaise idée. Comment pouvons faire un test avant de fabriquer quoi que ce soit ? Et pourtant, nos essais ont montré des propriétés tellement performantes qu’elle reste 25 ans après, la technique d’excellence de la programmation dans le monde du logiciel. Si ces professionnels ne réfléchissent pas comme cela, ils doivent refaire leur produit tous les 4 ans ou subissent d’importantes pertes financières.


Image n*7 : Quel est le nouveau paradigme (s’il existe) ?

Cela était tellement contre intuitif que j’ai décidé de lancer Agilbee sur cette idée : « Tester c’est maitriser ! » Sans test massivement, il n’y a donc aucune maîtrise.

Historiquement, au niveau Industriel, tous les produits sont testés avant leur sortie. Pour le Business, nous avons professionnellement arrêté de faire du Darwinisme. Dans les années 90, au niveau des affaires, nous développions 10 produits et nous savions qu’il y avait 1 chance sur 10 pour qu’un seul produit émerge sur le marché. Depuis les années 2000 avec l’Agilité, nous validons les fonctionnalités d’un produit avec nos clients finaux avant de créer le produit. Nous avons arrêté le Darwinisme dans nos business.

Quant aux épidémies, posons-nous alors les questions : Comment limiter les mutations génétiques des virus en limitant la propagation du virus ? Comment obtenir une courbe moins élevée ? Quel serait alors le nouveau paradigme qui devrait substituer “Attendre un Vaccin” et « attendez chez vous que les symptômes se déclarent » ; ce sont des paradigmes coûteux en nombre de vies, financièrement et cela n’atténue pas les courbes ? Que donnerait alors le principe de Test First sur une Pandémie en attendant un vaccin pour les plus fragiles ?


Image n*8 : Source Université John Hopkins, Décembre 2020

Conclusion

Comme je l’écrivais plus haut, imaginez un Virus avec un taux de mortalité supérieur à 10% au lieu d’environ 0.7% et un taux de latence entre les cas asymptomatiques et symptomatiques très élevés. Qu’arrivera-t-il ? Comment ferons-nous ? Si une autre pandémie arrive avec ce genre de caractéristiques et qu’un test semble fonctionner, cela mérite d’utiliser ce processus simple et de le tester le plus vite possible.

Un paradigme émerge : TESTER VITE ET REGULIEREMENT plutôt qu’ATTENDRE UN VACCIN.

Plus on intervient tardivement, plus on augmente les risques. Le test doit réduire les risques systémiques comme il le fait dans la plupart des métiers. Mais sans l'automatisation cela ne sert à rien. L’organisation de gouvernance actuelle reste sur un modèle de propagation et non de vérification. Il serait intéressant de tester des alternatives de modèle de pensée. Même si cela n’est pas la solution, il y aura un impact sur le nombre de récupération.

Et puis, cela rejoint nos préceptes de « Test & Learn » ou « Fail Fast! Learn Fast! ». En essayant ce modèle, nous ne risquons que le ridicule mais le ridicule ne tue pas a priori contrairement au virus. J’y vois un intérêt de l’appliquer pour d’autres types de pandémie moins critique dans l’intérêt des plus fragiles.

Patrice Petit, Dr.

Spécialiste en méthodologie de travail et organisation des entreprises, Patrice Petit est le fondateur d’AgilBee ; il accompagne les entreprises à découvrir les nouveaux paradigmes contre-intuitifs indispensables à une entreprise harmonieuse et performante. Il est intervenu dans de nombreuses organisations des domaines Informatiques, d’Experts-Comptables, Industriels, Pharmaceutique et ONG , par exemple, pour les coacher et les former. A lui seul, il a formé et certifié plus de 5.000 professionnels à l’Agilité avec des certifications internationales.

Commentaires
déc 15, 2020

Limpide sans être simpliste. 
 
Je partage l'approche par le test : même s'il semble à contrario de la logique habituelle : "mais on ne peut pas tester avant de réaliser (donc de tester alors que rien n'indique qu'on soit contaminé) !". C'est ignorer qu'une réalisation existe conceptuellement avant d'exister matériellement et qu'intégrer le test avant la réalisation consiste d'abord à concevoir en intégrant les limites physiques (dans le cas du COVID, que l'on est contagieux avant d'être malade). Ce qu'il est fort bien illustré dans cet article. Dans le cas du Covid-19, le test est fait pour les futurs malades (plus vite dépisté, plus vite soigné, plus vite guéri avec moins de conséquences dans la plupart des cas, et surtout plus vite isolé). Il est également fait pour les non-contaminés : plus je suis testé, mieux je me sens, plus je me protège pour préserver ma santé, plus je limite les nuisances dues à l'isolement. Là encore, ce qui mis en évidence par cet article. On reste néanmoins sur notre faim : il serait intéressant d'appliquer cette démarche à une population déjà testée pour analyser scientifiquement et à postériori si oui ou non cette approche séduisante fonctionne. Nous ne sommes pas non plus à l'abri, même si c'est prévu dans l'approche ci-dessus, d'une modification substantielle de l'attaque de ce virus (très bien exprimée par l'analyse critique de l'image n°1) qui changerait les périodes de contagion.
 
On aimerait également que cette approche soit plus développée en intégrant les coûts de cette pandémie et l'effet qu'auraient les tests massifs. Par exemple, permettent-t-ils de réduire voire minimiser 1°) la mortalité, 2°) les effets graves, 3°) l'hospitalisation, 4°) le confinement, 5°) le coût individuel des traitements, 6°) le coût social, 7°) le coût économique et 8°) le coût psychologique (futur effet délétère et durable du Covid-19) . Le test négatif à répétition induit-il également un risque plus grand d'être contaminé : après plusieurs tests négatifs, je me sens naturellement protégé, donc je réduis ma protection et je finis...par être contaminé.
 
Bref, après cet abstract passionnant, on attend l'article de fond.
 
Bon courage

Laisser un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  _  _     _  _     ____    _____ 
| || | | || | |___ \ |___ /
| || |_ | || |_ __) | |_ \
|__ _| |__ _| / __/ ___) |
|_| |_| |_____| |____/
Enter the code depicted in ASCII art style.